Vivre les Fêtes en voyage

Avec le Temps des Fêtes revient une question que je ne me suis jamais posée, mais qui semble inquiéter beaucoup de gens qui commencent à voyager. Ou qui aiment tout simplement leurs routines et habitudes et ne s’imaginent pas les trahir.

« Passer Noël loin de ta maison et de ta famille, c’est pas difficile? »

On peut aussi adapter la question pour le Jour de l’An et mon anniversaire. En fonction du jour qui revêt le plus d’importance à vos yeux (j’espère que mon anniversaire déloge tous les autres), vous aurez une question qui a des chances d’avoir du sens.

En 2009 par exemple, lors de mon premier « Noël à l’étranger » en Nouvelle-Zélande, j’étais tout excité. Pour moi, ça voulait dire beaucoup. Ça voulait dire l’autonomie et l’indépendance. Un éloignement significatif. Le « je fais mon chemin », tsé. Il y avait des aspects de ma vie passée dont je voulais me distancer, et la symbolique de Noël s’y prêtait bien.

Au fil des années, tous ces petits côtés de « fuite en avant » ont plié bagages, laissant la place à un aspect « recherche » plus intéressant. « Recherche » ou « soif d’apprendre », pour être plus précis. Les journées normalement aussi importantes que les Fêtes ou mon anniversaire sont, lorsque vécues sans les gens qui y avaient toujours été associés, pleines de mini-réponses.

Des réponses à des questions comme « qui est-ce que j’ai envie d’appeler aujourd’hui? », ou encore « qu’est-ce que je vais faire pour ma fête, puisque je suis en Turquie plutôt qu’à Sherbrooke? »

Cette année, c’est mon 4e Noël à l’étranger, c’est-à-dire sans ces familles et maisons qui ont marqué les 21 autres Temps des Fêtes.

C’est aussi mon 3e d’affilé.

Et non, ce n’est pas difficile. C’est même drôlement agréable.

Mais si j’aime toujours autant que la première fois vivre ce moment de l’année à l’étranger, mes raisons ont changé. J’aime les festivités, les rencontres et la bonne bouffe un peu bizarre. C’est pas nouveau, me direz-vous. Mais plus que ça, j’aime prendre du temps pour porter attention à ce qui est important pour moi. À ceux pour qui j’importe, aussi.

Lorsque le 25 décembre approche, je ne peux m’empêcher d’imaginer ce que seraient ces jours et soirées si je les passais au Québec. Je m’imagine les tables couvertes de mets faits maison, la neige qui reflète un ciel étoilé, les enfants rigolant et réchauffant l’atmosphère. Les nappes en plastique, les becs sur les joues, la neige qui craque sous nos pas quand on sort de la voiture avec cadeaux et bouteilles de vin dans les bras.

L’attente de revoir les gens, surtout.

Ce moment sur le seuil avant d’entrer, et de les embrasser. Ce sourire à l’idée d’une soirée dédiée précisément à ces personnes qui sont de l’autre côté de la porte. Au « nous » autour de la table.

Quand Noël vient, maintenant, je m’imagine ça. Je laisse mon esprit voguer librement et à travers tous ces souvenirs, j’aperçois ce qui compte le plus à Noël pour moi – voire en tout temps – et ce qui me manque. Ce qui me rendrait vraiment heureux si je pouvais passer ce Noël-ci au Québec.

Malgré tout, je ne voudrais passer Noël nulle part ailleurs qu’ici, à Chiang Mai, en Thaïlande.

Parce qu’en attendant, la symbolique des Fêtes fait son oeuvre un peu partout. Qu’on soit en Espagne, en Chine ou en Nouvelle-Zélande, les souvenirs se créent plus rapidement. Les amitiés se soudent plus facilement. Les moments prennent de l’ampleur comme par magie, et restent gravés. Ça vaut de l’or.

Et lorsque je reviendrai, je rapporterai avec moi ces yeux qui admireront le Temps des Fêtes bien différemment. Des yeux qui apprécieront Noël d’une toute nouvelle façon, plus sensible, dirigée vers ces personnes qui auraient comblé mon manque de célébrations.

Une appréciation neuve et épurée, presque plus sincère; voilà ce que m’apporte de vivre Noël en voyage et loin de ma famille.

D’ici là, je continuerai à envoyer des cartes postales pour vous souhaiter un bon Temps des Fêtes. Ce n’est pas aussi riche en émotions qu’une veillée avec ceux qu’on aime, mais si vous pouvez lire entre les lignes, vous savez que ça veut dire beaucoup.

Joyeux Noël à tous!

.

Alexandre

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s