Tonsaï (Thaïlande): un paradis d’escalade

J’ai mis les pieds en Thaïlande le dernier samedi de novembre. C’était à peine le matin, presque la nuit. En débarquant de mon autobus à la frontière Malaisie-Thaïlande, je me suis fait accueillir par les premiers rayons de soleil de la journée. Le « pays des sourires » m’offrait le sien.

Sauf que pendant que j’attendais une heure et demie pour passer les douanes, mon autobus est reparti. Comme ça, tout simplement, sans que je ne m’en rende compte.

Sans moi.

Et avec mon sac-à-dos (c’est-à-dire plus ou moins ma vie).

L’histoire s’est finalement bien terminée, ne perdant au passage qu’un sac de fruits et un délicieux pain aux bananes. Bref, rien de bien dramatique quand t’es en Thaïlande.

Je me suis donc rendu jusqu’à Ao Nang par mes propres moyens. Deux jours plus tard, j’avais un petit bungalow à Tonsaï (l’une de quatre plages connexes accessibles seulement par bateau), bien installé à quelques minutes de marche de l’océan.

Pour résumer, Tonsaï est un endroit magique que je recommande à tous les grimpeurs. La plage est un peu paradisiaque, les palmiers un quasi parfaits, le climat fantastique et l’eau presque sublime.

Je dis « un peu » et « presque », parce qu’à Tonsaï, l’escalade est le seul absolu. C’est aussi la seule religion d’une communauté bien à mon goût.

Thaïlande

Je n’avais pas vraiment d’attentes envers la Thaïlande. En fait, je m’attendais surtout à être déçu par des plages idylliques souillées de vices et une Mère Nature blessée par un tourisme à la chaîne. Des beuveries, de l’alcool qui coule à flot, des soirées interminables, voilà ce que j’imaginais trouver près de cette eau turquoise.

Je n’avais pas complètement tort.

Thaïlande

Apportez votre hamac et venez dormir gratuitement sur la plage de Tonsaï!

Il y avait pourtant une variable qui allait changer toute l’équation, et que j’avais oubliée. Je n’étais pas obligé de vivre la Thaïlande ainsi. Il était même possible d’aborder le pays selon mes intérêts, et de voir ce qu’il aurait à offrir.

Tout ça pour dire qu’en deux semaines à Tonsaï, deux semaines de pur délice existentiel, je m’en suis donné à cœur joie. Nage, kayak, plage, « slackline », fruits exotiques et escalade. Surtout de l’escalade. Ici, là, partout.

Je ne pourrais jamais le dire assez : si vous aimez la grimpe, cet endroit est à voir. Des voies de tous les niveaux, les pieds dans le sable, le torse au soleil, les yeux dans un horizon à rendre jaloux les cartes postales et des parois absolument fantastiques. J’en suis encore bouche-bée.

DSCN5472

Thaïlande

Thaïlande

DSCN5716

Il y a aussi de la grande voie – cette idée de grimper plusieurs voies l’une au-dessus de l’autre pour atteindre plus haut (comme Francis et moi avions fait dans les Alpes françaises et avec Sam en Espagne) – que j’ai pu essayer avec un Brésilien bien expérimenté. Une journée de rêve.

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO

Et la cerise sur le gateau : le « deep water soloing », c’est-à-dire grimper en maillot de bain avec seulement des souliers d’escalade – sans corde – sur une falaise plongeant dans la mer. Une activité qui me donne envie de lever mon chapeau à Dieu.

DSCN5870

Thaïlande

Merci, pour vrai, d’avoir inventé ça.

.

Alexandre

Advertisements

Un avis sur « Tonsaï (Thaïlande): un paradis d’escalade »

  1. Ping : Mes meilleurs moments de voyage en 2015 | Poète sans frontières

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s